Caravane palace

Les habitants du quartier habitent aussi dans des espaces minuscules. Immersion dans la caravane de Titi l’équilibriste.

Les trois étudiants en cirque se sont retrouvés dans la caravane de Titi.
Les trois étudiants en cirque se sont retrouvés dans la caravane de Titi Photo BR

Il faut parfois faire des acrobaties pour vivre au quotidien dans son (tout) petit chez soi. Titi, lui, ça ne le dérange pas. Car il apprend à en faire tous les jours, à l’école du cirque. La journée, le jeune homme exécute ses voltiges. Il retourne ensuite dans sa caravane garée à dix mètres du chapiteau. Il dort, mange, discute, vit dans ce 7m2.Voltigeur sur la piste, donc, et aussi à la maison.

Christiana et Salvadore sont ses seuls voisins. Ils habitent aussi une petite roulotte. Les trois compères se retrouvent souvent chez Titi. Il a plus d’espace. Les placards en pin laqué s’accordent avec l’imprimé floral très sixties des rideaux. La caravane de l’étudiant en cirque n’est pas de première jeunesse.

Chaque geste doit être calculé pour ne pas renverser une poêle ou un bocal de confiture posé sur la table dans le coin cuisine. Le micro-ondes est posé sur l’évier. Chaque moment du quotidien demande de la concentration, de la méthode. Comme exécuter un saut périlleux, faire la vaisselle ou essuyer les plats ne s’improvise pas dans la caravane. Titi et Salvador sont en train de s’enfiler un énorme plat de riz. Christiana coud une sorte de poupée en tissu. La pluie ruissèle sur le plexiglas des hublots. Elle fait un sacré bruit.

Au fond de la caravane, Titi a installé son lit. Les draps sont défaits. Dans un placard de fortune, l’ordinateur de l’apprenti acrobate repose sur le lavabo.

Vivre dans une caravane ne gêne pas Titi. Seule la proximité du chapiteau importe. Et puis le cirque demande tellement d’effort. Ce n’est pas un peu de rigueur quotidienne qui va l’embêter. Il doit maintenant partir et s’entraîner à répéter les gestes qui font de lui un acrobate.

Benoît Renaudin

  • Share/Bookmark

Comments are closed.