Réaménagement du quartier, on est pressé

Réaménager le quartier des bassins à flot n’est pas une idée neuve. En 1995, Alain Juppé est élu maire de Bordeaux. Parmi ses projets, l’aménagement des trois B : Belcier, Bastide et Bacalan. Histoire d’une ZAC devenue PAE.

Délimité en bleu, le nouveau périmètre de concertation du quartier. Crédit : CUB.

Délimité en bleu, le nouveau périmètre de concertation du quartier. Crédit : CUB.

1999. La CUB choisit l’architecte parisien Antoine Grumbach et son équipe pour définir un plan de rénovation du quartier. Quatre ans plus tard, les orientations proposées par Antoine Grumbach sont adoptées par la Communauté urbaine, et une concertation publique est lancée. Ces plans adoptés, une étude de création de Zone d’aménagement concerté (ZAC) est mise en place.

2008. En décembre, le projet Grumbach est abandonné, toute l’équipe est débarquée. Pour la mairie, le projet Grumbach ne correspond plus aux besoins. « Ce projet ne prenait pas en compte les déplacements doux et ne répondait plus aux nécessités de développement durable », explique Stéphane Caze, de la direction de l’aménagement et de l’urbanisme de Bordeaux. « Et puis, la ZAC est un projet lourd. Nous avions besoin de logements et rapidement. » La ZAC a aussi un coût : les collectivités sont dans l’obligation d’acheter tous les terrains avant de les redistribuer aux promoteurs privés ou publics.

« Il y a déjà une ZAC à la Bastide. La communauté n’avait plus rien dans les caisses pour financer ici ! », estime la directrice générale d’une entreprise située rue Achard, dont le terrain est en passe d’être vendu à Nexity. « La CUB s’est tirée une balle dans le pied en modifiant le PLU (Plan local d’urbanisme). Ils ont transformé ces zones industrielles en zones habitables qu’ils étaient ensuite obligés d’acheter, afin de les redistribuer à des promoteurs. Ils se sont aperçu trop tard qu’ils n’en avaient pas les moyens », nous confie une source proche du dossier. Héritage des années 1970, et modèle d’urbanisme concerté entre les collectivités et les promoteurs pendant de nombreuses années, le cadre légal de la ZAC est devenu trop contraignant. Son abandon laisse davantage de liberté aux promoteurs. « La ZAC était une grosse machine. Elle n’est plus à la hauteur des grands enjeux et du besoin de construire vite. Il y a une demande d’habitats rapidement construits, et une nécessité d’accompagner à la bonne vitesse les initiatives privées », nous dit Nicolas Drouin, chargé d’études à a’urba, l’agence privée sous contrat qui développe des expertises pour des collectivités. La partition est donc la même partout : on est pressés.

Un nouveau concours est lancé en fin d’année par la CUB. Exit la ZAC. Beaucoup plus léger, et se concentrant sur les aspects financiers, le nouveau cadre s’appellera Programme d’Aménagement d’Ensemble (PAE).

Mai 2009. Nicolas Michelin remporte le nouvel appel d’offres. L’architecte-urbaniste parisien a pour mission de définir les plans généraux du quartier en coordonnant le besoin d’équipements publics avec l’action privée. La Communauté urbaine reste maître d’ouvrage du projet et pilote toutes les décisions en matière d’urbanisme. La ville de Bordeaux a la charge de construire les équipements publics découlant des projets immobiliers qui vont voir le jour. Le principe défendu est l’urbanisme négocié. « Des ateliers sont organisés entre les habitants du quartier, Nicolas Michelin, la CUB, la mairie et les promoteurs », explique Nicolas Drouin d’a'urba.

Aujourd’hui. Selon Stéphane Caze, deux permis de construire ont pour l’instant été validés, l’un à la société Vinci pour le projet Quai Ouest, l’autre à Nexity Apollonia pour le village Bacalan. Un permis est en cours d’instruction en vue de confier à la société Eiffage la construction d’ici 2010 de l’INSEEC business schools sur les quais. Deux autres permis sont aussi à l’étude à la mairie pour des îlots qualifiés d’expérimentaux au bord du bassin numéro 1 et jusqu’à la rue Achard. Ils sont portés par l’entreprise Nexity et par Domofrance. Nicolas Michelin serait aussi le maître d’œuvre du projet Nexity.

Demain. Le 30 novembre prochain aura lieu la deuxième réunion de concertation publique à Cap Sciences. Nicolas Michelin y présentera les principes fondamentaux de son projet. Les premiers plans du quartier seront prêts en décembre 2009.

Lucile CHEVALIER, Laurenne JANNOT et Clémence PIERRE

A voir également :

Le site de la concertation du projet bassins à flot : http://www.concertations.lacub.com/spip.php?page=article-general&id_article=2085

Le site de l’agence Nicolas Michelin et Associés : http://www.anma.fr/FR/presentation/nicolas_michelin

  • Share/Bookmark

3 commentaires to “Réaménagement du quartier, on est pressé”

  • christine perrin a écrit:

    Est ce que des Habitations à Loyer Modéré sont prévus sur ce site au bord de l’eau?
    Pourrez vous nous donner des informations sur les premiers plans du quartier prévus en décembre,
    la suite de l’histoire m’intéresse;
    merci

  • Fred75 a écrit:

    1°) Existe-t’il des conseils de quartier ? si oui
    sont-ils impliqués dans les projets de ré-aménagement ?
    2°) Qu’elles sont les normes environnementales appliquées aux nouvelles constructions ? habitations à energies passives ? energies renouvelables ? , de nombreuses villes européennes appuient la construction d’éco quartiers, Bordeaux pourrait tres bien profiter de ce projet pour etre une ville pionniere en France pour les eco-quartiers !

  • MAURIN Vincent a écrit:

    Pour ma part, je regrette que les finances de la CUB n’aient pas permis de poursuivre un projet de ZAC, qui, en effet, garantit une meilleure maîtrise publique des réalisations définies. L’enjeu, avec le PAE, est de contraindre le Maire à ne pas autoriser n’importe quoi, car je doute de la philantropie des promoteurs.
    Je contestais le projet Grumbach pour le caractère réducteur qu’il accordait à l’espace économique fluvial, je soutiendrai le projet Michelin s’il laisse une place conséquente au logement accessible à tous (social) et s’il réserve du foncier à des activités de construction et maintenance navale. La concertation est lancée… investissons-la.

    Ma position sur l’évolution des BAF sur http://vincent.maurin.elunet.fr/index.php/post/03/10/2008/BASSINS-A-FLOTa-la-fete .

    V.Maurin
    conseiller municipal PCF