L’enseigne rose fuschia des bassins à flot

Les trois grâces manient les pinces avec légèreté et minutie : Bernadette, Christine et Silvia posent des extensions de cils. Elles forment des esthéticiennes et vendent tout le matériel pour réaliser ce périlleux exercice, du maquillage permanent et bientôt de la pose d’ongles. Au 17 cours Edouard Vaillant, Bernadette, la patronne de Wellness Concept, vante son quartier, lieu stratégique pour développer son activité.

Légende: Facile dentretien, lextension de cils ne craint ni les douches ni le hamam. Seuls impératifs : ne pas démaquiller avec des corps gras et brosser ses cils allongés chaque jour.

Facile d'entretien, l'extension de cils ne craint ni les douches ni le hamam. Seuls impératifs : ne pas démaquiller avec des corps gras et brosser ses cils allongés chaque jour.

Le regard boosté par des cils de 10 à 16 mm de long, les mains allongées d’ongles savamment colorés et dessinés, la peau ornée de brillants, les esthéticiennes de Wellness Concept sont aussi de furieuses business women. Elles exportent leur technique révolutionnaire et brevetée de maquillage permanent à base de « froid électronique » au Japon, aux Etats-Unis et dans toute l’Europe. Idem pour l’extension de cils.

Actuellement, des esthéticiennes du Portugal et de Corse sont en formation au salon Wellness. Elles maquillent au laser et posent les faux cils, un par un sur les vrais, à l’aide d’une pince et de colle. Durée de la pose: une à deux heures. Temps de vie : celle du cil, de 60 à 90 jours. D’ici janvier 2010, ce seront des femmes en insertion professionnelle qui s’essaieront à la pose d’ongles.

Magnifique

Bernadette, créatrice de l’affaire en 2004, a décidé de déménager cours Edouard Vaillant le 1er septembre 2008 pour développer ces activités. « Ici, on a de la surface et un loyer attractif. Je paie 1500 euros par mois pour 200 m2 », explique la patronne. « Je suis surtout venue ici pour ma clientèle. Avant, j’étais à Lormont, en zone artisanale. C’était inaccessible. Là, mes clients étrangers peuvent venir de la gare en tram, je les emmène déjeuner sur les quais, le cadre est magnifique. On est à Bordeaux, la ville est renommée, on l’associe au vin. Mais on n’a pas les désagréments du centre-ville. Les esthéticiennes en formation peuvent choisir n’importe quel hôtel de Bordeaux et venir en tram ou se garer dans la rue. Il y a de la place ». Et les Chartrons, tout proches, sont un vivier de modèles. Les femmes se font maquiller au laser pour 25 euros au lieu de 300 ou poser des cils ou des ongles pour 5 euros au lieu de 60.

Privilégié

Le propriétaire des locaux lui a mis la puce à l’oreille : d’ici à 5 ans, le quartier sera un des plus recherchés à Bordeaux, les loyers auront doublé, son bureau donnera sur un espace vert au lieu du vieux mur gris qu’on aperçoit aujourd’hui par la fenêtre. « Moi, j’y crois à ces quais, et au futur pont. On est privilégié ». Le salon est de plein-pied. La Poste est à deux pas. Pour l’import-export, c’est idéal.

Pour l’instant, Wellness Concept est la seule enseigne rose fushia des Bassis à flot et du nord des Chartrons. « Ça attire du monde, les gens sont curieux, ils regardent », dit Bernadette dans un large sourire.

Pour 2009, elle attend un chiffre d’affaires de 1 million d’euros.

Anne FRINTZ

www.wellnessconcept.fr

  • Share/Bookmark

Comments are closed.