Il a dit au revoir au Pétrolier

Lundi, Fred quitte « son » Pétrolier. Le squat anarcho-punk, situé au 1, quai Armand Lalande, va être détruit prochainement. Et ses résidents font l’objet d’une mesure d’expulsion.

Le dernier concert a eu lieu le 7 novembre. Témoignage de la démotivation de l’équipage, ce lieu qu’ils surnommaient la « salle des machines » n’a pas été nettoyé depuis. Les espaces de vie sont également dévastés. Des couchages réservés aux artistes de passage ? Seulement des matelas éventrés, à même le sol et sans draps, à partager avec une famille de chats. La ferveur artistique ne suffit plus, et le Pétrolier sombre corps et biens. La faute notamment à un fait divers : après une soirée, un « cadavre dans le jardin » précipite la venue des policiers. Et accélère la fin des concerts.

Fred revient sur les péripéties de ce lieu à la marge, rattrapé par la loi.

Fred, 31 ans, a fait vivre le Pétrolier pendant plus de deux ans. Photo Tania Gomes
Fred, 31 ans, est le fondateur du Pétrolier. Photo TG

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Le Pétrolier, entre une école maternelle et une discothèque, ce sont quatre maisonnettes blanches et un garage. Des squatteurs s’y sont succédé, on y a créé une salle de concert et on a imaginé une programmation hétéroclite portée par Fred. Ce touche-à-tout, musicien, bricoleur et informaticien, s’est démené pour apporter une dimension singulière à l’endroit.

Le garage du Pétrolier. Une salle qui a accueilli jusqu’à deux concerts par semaine. Photo TG

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Fred, un peu fataliste, abandonne les lieux. Il déménage, va investir avec un ami une autre maison. Il cherche des petits boulots, avant de partir en tournée dès le mois de mars prochain. Sous le nom de « Freak machine », il va traîner son « chariot soundsystem » dans les petites salles, pour un road-trip qui l’emmènera à Berlin. Avant de s’installer en Suisse. La France, il ne veut pas y revenir, « trop de flicage ». Dans une chanson de 77 minutes, encore inachevée, il crie dans toutes les langues : « Super Flic me colle au cul ».

Le Pétrolier.
Le Pétrolier, dont deux maisonnettes sont d’ores et déjà murées. Photo TG

Le 22 juillet dernier, le quotidien Sud Ouest publie un article sur le Pétrolier. Qui évoque les « problèmes liés à cet endroit qui sent le pétrole », « mitoyen d’une école maternelle et d’une boîte de nuit illégale ». Un tissu de mensonges pour Fred.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Pour découvrir la musique de Fred : http://www.myspace.com/frkmchn

Tania GOMES et Jérôme PERROT

  • Share/Bookmark

2 commentaires to “Il a dit au revoir au Pétrolier”

  • brunet a écrit:

    je trouve ça quand même triste , c’était un des derniers lieux insolites pour faire la fête pour pas cher . avec une excellente programmation , fait de bric et de broc , dans les scènes DIY . sans cet air frais , maintenant bordeaux ça sent trop le renferner.

    domage qu’ils ne comprennent pas l’interêt , ces pourritures de politiques, d’un tel lieu et de telles initiatives . le squat ( artistique ou politique ) n’est que là pour monter la nullité et l’abscence de politiques de la ville digne de ce non , bien loin des délires de la branchitude .

    mais ce n’est que partie remise , nous reviendront et les mauvais jours finirons .

  • Fred du Pétrolier a écrit:

    héhéhé!!! ça yest jle lis enfin cet article.. bon ya 2-3 erreurs, le tout dernier concert a eu lieu le 9 novembre, exprés pour les 20 ans de la chute du mur de Berlin, comme symbole de tous ces squats à démurrer..mais ya eu un concert le 7 aussi..
    enfin.. et pour les projets perso de tournée et d’expatriation, bin ça a pas pu se faire, n’étant jamais assez posé pour bricoler mon sound system, et étant sans cesse à bosser pour rendre des nouveaux squats habitables, ou a lutter pour les garder, comme en ce moment pour la cave chantecrit, lieu appartenant encore à la CUB, comme le Pétrolier..
    bref pas facile de faire des projets quand on se fait expulser tous les 8 mois, comme maintenant..
    le Pétolier est le seul squat qu’on a réussi à garder plusieurs années, et j’ai pu donc m’y remettre vraiment à la zik, mais là, aprés avoir bossé pendant 6 mois au squat la Terre (le précédent, sur les quais, arrêt hangars) pour insonnoriser une salle de répète et installer portes fenettres chiottes etc, pour se faire virer encore une fois, puis rebelotte à la cave Chantecrit, et bin je l’ai encore dans le cul!

    et alors pour des vraies vacances ça reste un rêve lointain.. vdm