Cible recherche propriétaire

20, 1, 18, 4, 13, 6, 10… Les nombres métalliques sont fermement encastrés dans la cible en plastique. Au milieu des bateaux qui bordent le bassin à flot, harnaché à un réverbère, le jeu de fléchettes électronique a perdu ses couleurs d’origine.

Le noir a viré au gris, le rose pâle a succédé au rouge originel et le vert laisse désormais place à un bleu eau-de-mer. Sous le cercle, deux écrans rectangulaires destinés à afficher les scores côtoient des rangées de boutons ovales. « Power », « reset », « player 1 », « player 2 », des inscriptions en lettres dorées indiquent les fonctions des différents interrupteurs. De part et d’autre de la zone de tir, les battants noirs ne ferment plus. La rouille empêche les gonds de coulisser. Dans chacune des portes, trois emplacements de forme cylindrique sont vides, obstrués par des toiles d’araignée encore vierges de toute capture. Maintenu à 1,5 m du sol grâce à une prise enroulée sur le lampadaire qui lui sert de socle, le jeu de fléchettes penche vers la droite. Un fil électrique rouge dépasse de l’objet et se dresse droit comme un i. Par à-coup, il se balance, secoué par le vent. L’air agité fait voler d’invisibles grains de sable qui s’accumulent dans les minuscules alvéoles de la cible autrefois vouées à recevoir les fléchettes. Des gouttes d’eau viennent s’écraser contre la surface du jouet abandonné. Le socle sauvage exhale une odeur de pierre humide.

Laureline DUPONT

 

  • Share/Bookmark

Un commentaire to “Cible recherche propriétaire”