nov 22 2009

La base des discussions

De nombreux Bordelais ne connaissent les bassins à flot que grâce à elle. La base sous-marine accueille depuis dix ans de nombreuses expositions temporaires. Un rôle culturel que la ville entend développer, malgré les contraintes exigeantes du lieu.

La bse sous-marine deviendra-t-elle le futur grand centre culturel de Bordeaux ? Photo FP

La base sous-marine deviendra-t-elle le futur grand centre culturel de Bordeaux ? Photo FP

« La base finit par tout ramener à elle-même. Quand la culture a besoin qu’on ouvre l’espace, elle ne vous laisse pas cette possibilité », constate Danièle Martinez, directrice de la base sous-marine. Il est vrai que les quelque 600 000 m 3 de béton et le poids historique de la guerre se font difficilement oublier. « Tout ne peut pas y fonctionner », confie la directrice. Les sculptures disparaissent, écrasées par le lieu. Les danseurs se confrontent « trop violemment » aux murs. D’après elle, il n’y a que la photographie qui s’accommode de l’endroit.

Lire la suite


nov 21 2009

Les ouvriers de Lesieur racontent leur boulot

Coincée entre Cap Sciences, le bassin n°1 et le hangar G2, l’usine Lesieur, dernière trace de vie du passé industriel du quartier, emploie actuellement une centaine de salariés. Depuis 1857, le site raffinait de l’huile. Début 2009, l’activité de raffinage a été transférée à Bassens. Conséquence : un plan social menaçant 24 personnes, aujourd’hui licenciées ou reclassées. Quatre employés de Lesieur racontent leur quotidien quai Bacalan.

 

Légende

Dany a mis 30 ans pour devenir conducteur de ligne.

  Lire la suite


nov 21 2009

Les clés de la radio

La Clé des Ondes est une radio associative « sans pubs », multiculturelle, sociale, libertaire et ultragauche à ses heures. Elle ouvre ses micros à une dizaine d’associations, telles Agir ensemble contre le Chômage (AC), les amicales portugaises ou latino-américaines ou le Genepi, des étudiants chargés de cours dans les prisons. Immersion dans les studios du 90.1.

Jacques Martineau, animateur dAC Tone et chômeur, et Jean-Christophe Mathias, écrivain et chercheur indépendant, commentent lactualité. A.F.

Lire la suite


nov 21 2009

Terre Neuvas : Les conditions de travail. Episode 2

François Basso et Patrick Montet ont été pêcheurs à Terre Neuve pendant sept et dix ans. Plus de vingt ans après la fin de l’activité, ils nous ont ouvert leur archives et ont évoqué leurs souvenirs. Dans cette deuxième partie, ils reviennent sur les difficultés de ce métier, qui les faisait travailler jusqu’à dix-huit heures d’affilée dans le froid de l’Altlantique nord.

Aline BRILLU et Céline DIAIS

nov 21 2009

A la Marina. Episode 5

Depuis le décès de son père, Christophe a abandonné sa passion, la boxe. Illustration Célia Rivière

Depuis le décès de son père, Christophe a abandonné sa passion, la boxe. Illustration Célia Rivière

Le poste de radio derrière le comptoir crachote un tube d’Eddy Mitchell. Accoudés au bar, les quelques habitués présents ce matin-là semblent être eux aussi « Sur la route de Memphis ». Parmi eux, Christophe, 35 ans, veste en cuir siglée Strada Spirit 69, le cheveu ras et les oreilles percées. Une allure de « bad boy ». A l’écoute de cette chanson, les images se bousculent dans la tête de Christophe : un canyon, une Harley, une belle nana, les grands espaces.

Lire la suite


nov 21 2009

Le Festin : Une question d’esthétique

La revue de Xavier Rosan accroît la qualité de sa ligne éditoriale en multipliant les interventions journalistiques. Mais les spécialistes restent le vivier de prédilection pour remplir les pages du périodique.

La revue Le Festin est tirée à 10 000 exemplaires.

Lire la suite


nov 21 2009

L’enseigne rose fuschia des bassins à flot

Les trois grâces manient les pinces avec légèreté et minutie : Bernadette, Christine et Silvia posent des extensions de cils. Elles forment des esthéticiennes et vendent tout le matériel pour réaliser ce périlleux exercice, du maquillage permanent et bientôt de la pose d’ongles. Au 17 cours Edouard Vaillant, Bernadette, la patronne de Wellness Concept, vante son quartier, lieu stratégique pour développer son activité.

Légende: Facile dentretien, lextension de cils ne craint ni les douches ni le hamam. Seuls impératifs : ne pas démaquiller avec des corps gras et brosser ses cils allongés chaque jour.

Facile d'entretien, l'extension de cils ne craint ni les douches ni le hamam. Seuls impératifs : ne pas démaquiller avec des corps gras et brosser ses cils allongés chaque jour.

Le regard boosté par des cils de 10 à 16 mm de long, les mains allongées d’ongles savamment colorés et dessinés, la peau ornée de brillants, les esthéticiennes de Wellness Concept sont aussi de furieuses business women. Elles exportent leur technique révolutionnaire et brevetée de maquillage permanent à base de « froid électronique » au Japon, aux Etats-Unis et dans toute l’Europe. Idem pour l’extension de cils.

Lire la suite


nov 20 2009

Petit à petit, les promoteurs font leur nid

Après des années de tergiversations, le projet de rénovation du quartier bassins à flot a bel et bien démarré. Plusieurs promoteurs ont déjà avancé leurs pions, avec l’espoir non dissimulé de s’implanter plus encore dans les mois à venir.


Déjà implantés, les promoteurs immobiliers comptent proposer dautres projets.

Déjà implantés, les promoteurs immobiliers comptent proposer d'autres projets.

« Il y a beaucoup de promoteurs qui s’intéressent aux bassins à flot, qui sentent bien qu’il y a là un enjeu extraordinaire. Les promoteurs de Bordeaux et d’ailleurs ont intérêt à être là parce que ça deviendra un lieu de référence », affirme Michel Duchène, vice-président de la Cub chargé des grands projets urbains. Certains ne se sont d’ailleurs pas contentés de signifier leur intérêt. Lire la suite


nov 20 2009

Bacalan selon Monique

Depuis qu’elle est à la retraite, Monique Corbel en profite pour s’impliquer dans son quartier. Témoignage d’une bacalanaise engagée.

Chaque mardi soir, Monique va à la gym. Photo C.B.

 « Je suis née ici… et j’ai 70 ans ! », confie Monique en souriant. Cette ancienne puéricultrice n’a jamais quitté les bassins. Ce qui lui plaît ? L’ambiance « très famille » qu’elle compare à celle d’un village dans lequel tout le monde se connaît et se salue par son nom dans la rue.

 Avec ses amies retraitées, Monique multiplie les loisirs. Elle nous raconte son implication dans le tissu associatif local.

Lire la suite


nov 20 2009

Y’a comme un os

Des squelettes datant du Moyen Age, des archéologues qui font parler les os et une jeune femme, un peu vieille, qui se dévoile. Reportage six pieds sous terre.

Marion CHANTREAU et Adèle SALMON